L’enseignement de l’affaire Woburn, suite : susciter l’intérêt sans tromper

  • Vincent Couallier
  • Léo Gerville-Réache
  • Gilles Stoltz

Résumé

L’affaire Woburn est une controverse de statistique et santé publique qui a donné lieu à la rédaction d’exercices au niveau de la classe de première scientifique du lycée. Nous défendions dans une communication orale, critiquée par Jeanne Fine dans le numéro précédent de cette revue, et défendons dans le présent libre propos le point de vue suivant. Montrer l’éclairage qu’apporte la statistique aux débats de société est une perspective séduisante. Dans le cas d’espèce, les énoncés d’exercices proposés par diverses sources officielles ou académiques souffrent toutefois de simplifications à outrance, qui donnent l’illusion qu’un calcul rapide à portée d’élèves de lycée peut permettre d’éclairer une affaire pourtant complexe et qui a suscité un débat nourri dans la communauté académique. Nous recommandons un nouvel énoncé pour s’intéresser à cette affaire, qui est formulé de manière plus prudente ; cependant, notre réelle recommandation est de remplacer toute résolution d’exercice par la lecture critique d’un document écrit par des professionnels de la statistique, replaçant notamment le court calcul probabiliste nécessaire pour obtenir la P-valeur au sein de considérations rigoureuses sur la méthodologie et la démarche statistiques.
Mots-clés : statistique au lycée, données réelles, risques méthodologiques, niveau de preuve d’une étude.

Teaching the Woburn case, continued: raising interest without deceiving
The Woburn case is a public-health and statistical controversy that inspired problem statements for teaching statistics at the pre-university level in France. Our point is the following; we developed it in an oral communication (criticized by Jeanne Fine in the previous volume of this journal) and will develop it further in the present article. It is of course desirable to show how useful statistics can be for society. But in the present case, the problem statements that we could find oversimplify the reality of a thorough statistical analysis and are misleading. Indeed, they seem to suggest that some short calculations understandable by pre-university students can shed light on a complex case that gave rise to an important controversy in the academic community. We thus recommend and provide a more cautious problem statement. However, our actual recommendation would be to go from a problem-solving approach to reading a document (written by professional statisticians) with a critical eye. The latter document would detail the short calculations leading to a P-value but most importantly it would frame them in a rigorous statistical agenda, following in particular standard methodological guidelines.
Keywords: teaching statistics at a pre-university level, real data, methodological errors, levels of evidence in a study.
Publiée
2015-12-18
Rubrique
Libres propos