MOOC qui peut (MOOC qui veut) (MOOC « Fondamentaux en statistique » sur la plateforme FUN)

  • Avner Bar-Hen

Résumé

Le 16 janvier 2014, la plateforme FUN , inaugurée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à l’automne dernier lançait le début des huit premiers MOOCs. Parmi eux, le MOOC « Fondamentaux en statistique » avait pour ambition d’être une introduction aux concepts de base en statistique. Le présent article retrace la chronologie de cette expérience en s’arrêtant sur quelques étapes importantes soit parce qu’elles ont marqué l’orientation de ce travail, soit parce qu’elles auraient pu être réfléchies différemment. Pourquoi donc écrire un article sur la préparation d’un cours ? Il est fréquent que la préparation d’un enseignement commence par la collection de matériel pédagogique. Chacun a une liste de sites favoris (dont la page « Ressources pour l’enseignement » de la SFdS ) pour puiser inspiration, exemples, exercices, examens, etc. Le format est assez standardisé, les questions relativement bien connues et notre expérience collective évolue assez tranquillement. Lorsque ce projet a commencé, j’ai donc commencé à lire, avec plus d’attention, la foisonnante littérature sur les MOOCs (et je renvoie à l’excellent article de Nathalie Villa-Vialaneix dans ce journal pour une bibliographie sur le sujet ) et j’ai été frappé par : (i) la quantité de gens écrivant sur le sujet ; (ii) la faible présence des enseignants dans ce débat. En particulier, il n’y a que très peu d’universitaires alors que ce sont les plus confrontés aux enseignements de masse et à des publics hétérogènes. Il y a donc beaucoup de documentation sur la potentielle révolution des MOOCs mais peu de recettes pratiques pour ceux qui sont sur le terrain. Même si tout enseignement est une occasion de se remettre en question, la nouveauté du format et les courts délais m’ont confronté à un ensemble de questions importantes et urgentes tout à fait nouvelles pour moi. La liste des collègues avec qui j’ai discuté est longue et je les remercie pour leur soutien. Cet article n’a pas vocation à retracer l’histoire des MOOCs et encore moins celui de l’enseignement hors-présentiel. Il n’a pas non plus vocation à être une réflexion sur l’enseignement ou un ensemble de prédictions sur le futur de nos métiers. A contrario le but de cet article est un premier retour d’expérience de la phase de construction d’une expérience d’enseignement scénarisé et synchrone pour fournir un peu de matériel pratique à des collègues intéressés par ce sujet.
Mots-clés : MOOC, cours en ligne, CLOM.

MOOC? I dare you, I double dare you!
On 16 January 2014 the French Ministry of Higher Education and Research launched the platform FUN2. Among the first eight courses offered, there was a MOOC “Fundamentals in statistics” whose ambition was to be an introduction to basic concepts in statistics. This article traces the chronology of this experience, stopping at a few important steps either because they have marked the orientation of this work, either because they could have been thought differently. Why write an article on the preparation of a course? It is common that preparation of teaching begins with the collection of instructional materials. Everyone has a list of favorite sites (as the “Resources for teaching” of SFdS3) to draw inspiration, examples, exercises, tests... The format is fairly standardized, issues relatively well-known and collective experience evolves relatively slowly. When this project started, I started to read more carefully the burgeoning literature on MOOC. I refer to the excellent article by Nathalie Villa- Vialaneix in this journal for a bibliography on the subject4 and I was struck by: (i) the amount of people writing on the subject; (ii) the low presence of teachers in this debate. In particular, there are very little academics, which is surprising since they are increasingly confronted with teachings to masses and to heterogeneous public. So there is a lot of documentation on the potential revolution MOOC but little practical recipes for those who really do it. Even if all education is an opportunity to question the novelty of the format and the short time, I have faced a set of important and urgent issues quite new to me. The list of colleagues with whom I have discussed is long and I thank them for their support. This article is not intended to trace the history of MOOC much less than the off-face teaching. He does not meant to be a reflection on the teaching or set of prediction about the future of the MOOC business. In contrast, the purpose of this article is a first feedback from the construction phase of a teaching scripted and synchronous experience to provide some practical material to colleagues interested in this topic.
Keywords : MOOC, on-line course.
Publiée
2014-05-23